L’objectif de cet atelier est d’explorer les 7 rythmes de la danse Gwoka de Guadeloupe

Cet atelier de danse Gwoka est accompagné de deux musiciens percussionnistes

Une immersion dans l’univers des rythmes abordés :

  • Apprentissage progressif des cycles de pas,
  • Écoute rythmique, chansons accompagnant chaque rythme,

Les séances se terminent par un cercle d’improvisation autour des musiciens pour appliquer les principes approchés.

 

Dans le domaine pédagogique, la compagnie et Max DIAKOK, professeur diplômé d’Etat de danse contemporaine, assurent une transmission en direction d’un large public à partir de 5 ans. Il s’agit, d’une part, d’explorer le langage gestuel utilisé dans le Gwoka, le style, les codes, de faire place au plaisir de danser et à l’improvisation, et d’autre part, d’explorer sa dimension créative: la gestuelle Agoubaka. L’atelier a également une dimension culturelle. Il est indissociable d’une connaissance de l’univers de cette pratique, ses anecdotes, ses grandes figures (les maîtres-Ka), sa poésie, sa diversité.

Intervenant :

Max DIAKOK : Chorégraphe et interprète. En 1978, alors que Max a une pratique de judo à un haut niveau, il découvre la danse dans l’univers des soirées léwòz* pratiquées dans les zones rurales de la Guadeloupe : Sainte-Rose, Baie Mahault, le Lamentin. Il y découvre une forme de danse traditionnelle très codée. Des maîtres-ka le guideront durant ces années d’initiation par immersion et dès 1980, il commence à s’exprimer dans les « rondes ». A partir de 1987, il continue sa quête avec des groupes de Gwoka moderne pour lesquels il danse en solo.

 

*soirées au cours desquelles on improvise dans la ronde, chants et danses au son des 7 rythmes joués par les tanbouyés (tambourinaires) sur des tambours-ka.